Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 16:40
Mais de quoi parlent ils?

Mais de quoi parlent ils?

Un très grand nombre de médecins se sont mis en grève la semaine de Noël, puis depuis le 5 janvier, refusent la carte vitale et se servent des feuilles de maladie.

La Ministre de la santé Mme Marissol Touraine ne veut pas céder sur cette réforme au motif louable qu’elle permettra d’améliorer l’accès aux soins pour tous. Les syndicats médicaux et beaucoup de médecins font valoir que cet accès, est actuellement généralisé pour les personnes les plus modestes, mais que les charges les plus lourdes : les soins dentaires et les lunettes ne sont pratiquement pas remboursés. La conséquence est que beaucoup de personnes ne se font pas soigner les dents et n’achètent pas de lunettes.

Au delà de ce constat, il faut chercher les vraies motivations de cette volonté du gouvernement d’imposer par tous les moyens cette réforme.

Revenons en arrière. En 1945 a été mis en place un système de protection sociale très avantageux pour les travailleurs. Ce système est basé sur l’idée que chacun doit cotiser selon ses moyens (les salaires élevés cotisent plus que les petits salaires) et sur le remboursement des frais en fonction des besoins. L’organisme gérant la sécurité sociale brasse donc des sommes considérables. Devinez ce qui se passe alors ?

Simple, ces sommes créent des envieux, à savoir, les banques et les compagnies d’assurances. Ils se verraient gérer ce « risque » à leur plus grand profit ! De son côté, le patronat a aussitôt – dès la mise en place du système - qualifié les cotisations sociales de « charges »! A ce sujet, il faut quand même remarquer que plus l’entreprise est importante moins elle paie de ces « charges » qui pèsent par contre lourdement sur les artisans, commerçants, professions libérales et petites entreprises. De très grosses entreprises doivent des sommes considérables à la sécu. L’Etat de son côté lorgne depuis longtemps sur ce pactole et ne se gêne pas pour ne pas payer ce qu’il doit ou pour se servir d’une façon ou l’autre dans les caisses de la sécu. Il faut bien que nos gouvernants – de droite et de gauche – trouvent quelque part les milliards à distribuer aux banques et aux entreprises objets de l’amour immodéré du Premier Ministre de la France.

Regardons comment les choses se sont passées. L’Etat s’est accaparé de la gestion de la sécurité il y a quelques années. Au tout début, en 1945, les gestionnaires étaient les travailleurs car les cotisations retenues sur leur fiche de paie est un salaire différé. Ces administrateurs étaient élus par les travailleurs. Cette gestion est devenue puis rapidement « paritaire » entre employeurs et salariés, privant ces derniers partiellement du contrôle de leur salaire différé. Et maintenant, c’est l’Etat qui gère ce salaire différé.

Du côté de la protection complémentaire : les mutuelles. Le principe était que la cotisation soit identique du début de son affiliation à la fin. Donc, quand on est jeune et en pleine forme, on cotise plus qu’on en bénéficie, pour ensuite en bénéficier plus qu’on cotise. Ce système a vécu depuis déjà longtemps, et est remplacé par celui du paiement au risque : quand on est jeune le risque est faible et les cotisations versées, rapportent gros à l’assureurs. Les grandes banques et assurances se sont, en effet, emparé du « marché » en créant de fausses mutuelles mais vraies assurances. Et de son coté, la loi européenne oblige les mutuelles qui subsistent à s’aligner sur ces fausses mutuelles.

Comme vous le voyez, le dispositif est ainsi devenu beaucoup moins intéressant pour les salariés mais beaucoup plus pour les assureurs.

Mais ce n’est pas tout ! Il y a l’industrie pharmaceutique acteur majeur de « santé publique » . Je préfère parler de« système de distribution de soins » à « santé publique ». C’est la réalité, car quand on regarde l’histoire du Médiator on peut se demander en quoi c’est de la santé publique. Les dirigeants et actionnaires des laboratoires sont plus prompts à cacher un scandale, à se concentrer sur la rentabilité de leurs « produits » que de santé. L’idéal serait pour eux de participer au système de distribution de soins, donc de médicaments, plus directement, par exemple d’avoir des médecins, des cliniques (on dit aujourd’hui hôpitaux privés, ça sonne mieux) attachés à tel ou tel laboratoire ou groupe de laboratoires, et qui utiliseraient leurs produits. Vous imaginez la rentabilité d’un tel système : colossal. Et premier gros bénéfice : ils n’auraient plus besoin des visiteurs médicaux dont le travail est de vendre « le produit » par n’importe quel moyen. J’en ai fait l’expérience concrètement en septembre 68. J’ai proposé un produit pour la circulation aux ophtalmologistes durant quelques semaines. Quand j’ai rencontré les responsables du labo, j’ai été mis au parfum sans détour : « que vous vendiez du béton, des pâtes alimentaires ou des médicaments, la règle est la même : rentabiliser, « faire du chiffre ».

Je ne pense pas avoir enrichi le laboratoire….

Et que vient faire Marissol Touraine la dedans ? Disons d’abord qu’elle aussi aime l’entreprise, à la folie. Elle veut que le système de distribution des soins échappe totalement à tout contrôle et soit géré exclusivement par big pharma, les hôpitaux privés, les fabricants d’appareils médicaux etc etc bref toute l’industrie qui tourne autour de la santé.

Et pour cela il faut non seulement évacuer la sécu telle qu’elle a été mise en place en 45, ce qui est fait au 9 dixième au moins, mais aussi après avoir réduit à zéro le rôle des salariés puis des syndicats de salariés, évacuer les derniers gêneurs empêchant la gestion purement capitaliste du système : les médecins. Bien sûr ce sont des libéraux qui gagnent en général bien et très bien leur vie, mais pour les groupes capitalistes qui gèrent déjà une grande partie du secteur de distribution de soins, c’est trop. Il faut obliger les médecins à réduire considérablement leurs revenus, à devenir des salariés ou des salariés cachés sous de nouvelles formes : versement des « honoraires » directement par la sécu. Vous comprendrez aisément que ça ne plait pas du tout aux médecins. Ils veulent continuer à discuter de leurs honoraires et être payés rubis sur l’ongle. Dit autrement, les capitalistes veulent récupérer à leur profit une partie de l’argent qui va dans la poche des médecins, mais, soyez rassuré, ce n’est pas du tout pour s’en servir pour améliorer le système au service des patients. C’est seulement pour augmenter leur profit.

En conclusion, un Président, un premier Ministre, un Gouvernement, une Ministre de la santé sont totalement au service du grand capital dont il faut assurer des profits toujours plus importants.

Un Ministre de l’Economie qui déclare «Il faut des jeunes qui aient envie de devenir milliardaires». Il est vrai que les gouvernants de droite et de gauche – et ceux de gauche plus que ceux de droite – ont privatisé la quasi totalité des entreprises publiques qui permettaient d’assurer beaucoup d’emploi, de régularisé ce que ces gens appelle « le marché de l’emploi ». l’exemple des autoroutes est emblématique. Par le péage ils rapportaient gros à l’Etat. Cet argent va maintenant dans les poches d’investisseur privés. Renseignez vous : est il possible d’acheter des actions des sociétés d’autoroute ? Et bien non, c’est un marché très très protégé et jalousement gardé.

« J’aime l’entreprise ». C’est le credo de ce pouvoir qui se dit toujours socialiste.

Pour connaitre la position des médecins, allez sur le site:

http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2014/12/22/loi-sante-greves-des-medecins-de-quoi-marisol-touraine-est-e-911074.html

Partager cet article

Published by Jacques Lacaze
commenter cet article
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 09:55

Monique-et-Michel.jpgIL FAUT ECOUTER CETTE VIDEO, ET LIRE LE LIVRE

DES AUTEURS.

IL FAUT LA FAIRE CIRCULER LA DIFFUSER MASSIVEMENT.

 

 

Cet interview des sociologues   Monique PINÇON-CHARLOT et Michel PINÇON est de très très loin ce que j'ai écouté de mieux pour comprendre notre monde et son devenir.

Il faut écouter cette vidéo - elle dure 25 minutes - puis lire le livre. Il faut remercier ceux qui l'ont diffusé, jeLa-violence-des-riches.jpg remercie en particulier mon ami Jacques Tourtaux dans le blog duquel j'ai trouvé cette vidéo.

Donner à voir, donner à comprendre comment la classe des riches s'est emparé TOTALEMENT de nous tous, ouvriers, intellectuels, classes moyennes, marins pécheurs paysans etc de notre jeunesse dans le but égoïste d'accumuler toujours plus, est absolument décisif. Cette classe des riches s'est emparé de la totalité de nos vies.

C'est écrit simplement, avec des mots de tous les jours. On comprend comment ça se passe aujourd'hui. On est loin très loin des grandes déclarations des docteurs en marxisme et autres révolutionnaires autoproclamés.

Très simplement Monique la désigne: c'est la classe capitaliste

Un immense merci à Monique et Michel.

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=Ys3cjJlTcDE&feature=youtu.belink

Partager cet article

Published by Jacques Lacaze - dans Luttes sociales
commenter cet article
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 15:41

Communiqué du Comité pour l'abolition de la dette du tiers monde(CADTM).

Je pense que si les puissants de ce monde qui saignent aujourd'hui en France les classes populaires comme les classes moyennes, c'est à dire pour l'essentiel les travailleurs, de l'ouvrier de l'industrie au petit patron pécheur (qu'on essaie d'étrangler), en passant par les professions de services, gagnent en Grèce, ils renverront la France et les autres pays européens deux siècles en arrière.

Bas les pattes devant la Grèce qui lutte et résiste !

logo-CADTM-180x58

Les puissants d’Europe et du monde entier n’ont même pas attendu la dissolution du Parlement grec et l’ouverture de la campagne électorale pour lancer leur nouvelle offensive de mensonges et de chantages qui visent a terroriser les citoyens grecs afin qu’ils ne votent pas aux prochaines élections du 25 janvier 2015 en faveur de SYRIZA, la Coalition de la Gauche Radicale grecque. En effet, secondés par les grands médias européens, « ceux d’en haut » du nom de Juncker, Merkel, Hollande, Renzi ou Moscovici commencent leur énième intervention brutale dans les affaires intérieures de cette Grèce, qu’ils ont d’ailleurs transformée en un amas de ruines sociales depuis qu’ils lui ont imposé leurs politiques d’austérité inhumaines et barbares.

C’est le succès ou l’échec de la guerre sociale menée contre les populations de toute l’Europe qui est en jeu !

Le CADTM n’a pas le moindre doute sur les intentions véritables de ceux qui ont fait de la Grèce le laboratoire européen de leurs politiques néolibérales les plus extrêmes et des Grecs des véritables cobayes de leur thérapie économique, sociale et politique de choc. On doit s’attendre à une escalade de leur offensive car ils ne peuvent pas se permettre que SYRIZA réussisse et fasse des émules en Europe ! Ils vont utiliser tous les moyens dont ils disposent car ils sont bien conscients que ce qui est en jeu aux prochaines élections grecques est le succès ou l’échec de la guerre sociale qu’ils mènent contre l’écrasante majorité des populations de toute l’Europe !

C’est d’ailleurs parce que l’enjeu est si important qu’on doit s’attendre à ce que « ceux d’en haut » d’Europe et de Grèce ne respectent pas le verdict des urnes, qui devrait couronner, pour la première fois de l’histoire, la victoire de la gauche grecque. Sans aucun doute, ils vont par la suite essayer d’asphyxier le gouvernement de gauche sorti des urnes, parce que son éventuel succès serait sûrement interprété comme un formidable encouragement à la résistance par les travailleurs et les peuples d’Europe.

Le CADTM, qui s’est toujours trouvé aux cotés de la population grecque luttant contre les politiques d’austérité et les graves atteintes aux droits sociaux et démocratiques, fera de nouveau tout pour alerter la gauche et les mouvements sociaux en Europe et au-delà afin de les mobiliser dans un vaste mouvement de solidarité avec la population grecque qui résiste et lutte pour se libérer du fardeau d’une dette qui non seulement n’est pas la sienne, mais qui est aussi manifestement largement illégitime, illégale ou odieuse. Le CADTM considère que la constitution d’une commission internationale et citoyenne d’audit de la dette grecque, chargée d’identifier la part illégale et/ou illégitime ou odieuse de cette dette qu’il ne faudrait pas rembourser, ferait presque partout des émules et mettrait à l’ordre du jour la répudiation de la dette illégitime et/ou illégale de tous les pays de la périphérie européenne…

Être solidaire de la population grecque ainsi que de la gauche grecque, qui résistent et luttent pour libérer le pays et ses citoyens de l’emprise des créanciers et de la dictature des marchés, est aujourd’hui le devoir internationaliste élémentaire non seulement des militants mais aussi de tout citoyen européen qui refuse cette Europe de l’austérité qui génère misère, racisme et barbarie.

CADTM Europe, 31 décembre 2014 - cadtm.org

Partager cet article

Published by Jacques Lacaze - dans Liberté j'écris ton nom
commenter cet article
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 13:28

Hippocrate.jpgL’article ci-dessous publié par une revue médicale en ligne, revue qui manifestement, n’hésite pas à mettre le doigt là ou ça fait mal. Dans le jargon médical dont j’espère vous apprécierez l’humour, quand le praticien touche du bout du doigt un zone douloureuse liée à un traumatisme on la désigne sous le nom de « douleur exquise »…..

On apprend qu’en étudiant 30 000 dossiers de malades hospitalisés en cardiologie, pour infarctus, insuffisance cardiaque, ou arrêt cardiaque, une équipe de chercheurs des Etats Unis, s’est aperçu que la mortalité dans ce groupe de malades était significativement moindre durant la période de congrès de cardiologie auxquels les spécialistes se rendaient et étaient donc absent de leur service. Moins de morts dans les services de cardiologie quand les cardiologues sont absents !

Une étude a été publiée, il y a plusieurs années durant une grève des médecins et avait conclu à un phénomène identique. La possibilité de faire ce type d’analyse est ouverte avec la récente grève des médecins en France.

Il est clair que ce genre de situation, souligne dramatiquement combien fonctionement des hôpitaux, la formation des médecins, les conceptions médicales dominantes, j’ajouterais le mépris  stupide pour les médecines dites différentes, affiché par une grande partie du corps médical et des autorités, doivent être interrogé  pour ce type de catastrophe ne se reproduise pas.

À propos des médecines dites différentes, il serait extrêmement simple de mettre en place des études permettant d ‘évaluer leur impact. Des tentatives pour réaliser ce genre de travail ont été faite au plus haut niveau de l’Etat, en France et ont subit des attaques aussi stupides qu’ignobles de la part  de lobbys qu’il convient de désigner clairement. Je vais rédiger des articles sur cette question qui nous concerne tous.

Docteur jacques Lacaze


 

Lisez l’article intitulé : LE CARDIOLOGUE EST ABSENT ? TANT MIEUX, VOUS VIVREZ PLUS LONGTEMPS ….

 

 

Le résultat de cette étude interpelle. Publiée dans la revue "The archives of Internal Medecine", elle démontre que les patients hospitalisés pour un problème cardiaque sont plus nombreux à survivre  lorsque les cardiologues sont partis en congrès et donc absents.

Fréquemment les médecins se rendent dans des congrès professionnels pour approfondir et mettre à jour leur savoir médical. Ces absences qui peuvent être nombreuses et multiples au sein d’un service hospitalier, pourraient avoir des conséquences du fait de la charge de travail abandonnée à quelques malchanceux contraints de s’occuper de tout le service en l’absence des autres médecins. On pouvait donc imaginer que ces absences auraient une répercussion négative sur le bien être des patients hospitalisés. Ce n’est en fait pas si simple.

Des scientifiques de la Harvard Medical School (Boston, Massachusetts) ont mené une étude rétrospective afin de déterminer quelles étaient les conséquences de l’absence des médecins. Ils ont repris les 30 000 derniers dossiers des patients hospitalisés pour infarctus, insuffisance cardiaque, ou arrêt cardiaque alors qu’aux mêmes dates avaient lieu un congrès important de cardiologie, et comparé la survie de ces patients avec celle de 79 000 patients hospitalisés pour les mêmes causes mais en dehors des dates de congrès de cardiologie (3 semaines avant ou après les congrès).

En dehors des dates de congrès, 24,8% des insuffisants cardiaques et 69,4% des arrêts cardiaques décédaient dans les 30 jours qui suivaient l’hospitalisation. En revanche, au cours des dates de congrès donc en l’absence des cardiologues, «seulement» 17.5% des insuffisants cardiaques et 59.1% des arrêt cardiaques décédaient dans les 30 jours suivant l’hospitalisation, un chiffre certes considérables mais significativement inférieurs (P < .001) : donc, lorsque les cardiologues sont en congrès, les patients meurent bien moins que lorsqu’ils sont présents et pratiquent les gestes qu’ils croient être les meilleurs.  Par exemples, les interventions coronaires percutanées consistants à ouvrir les artères obstruées avec des stents sont bien moins pratiquées quand les cardiologues sont en congrès (PCI : 20.8% vs 28.2%, P=0.02) sans aucune conséquences pour les malades pour qui il n’y a aucune différence au final en terme de survie.

Si il existe une différence notable pour la survie des patients en fonction de la présence ou de l’absence des cardiologues, aucun résultat similaire n’était retrouvé pour les oncologues, les gastro-entérologues ou les orthopédistes (survie après traitement pour fracture de hanche).

Comment expliquer cet effet délétère des médecins sur la survie des patients? Les auteurs de l’étude évoquent les pratiques invasives agressives pas toujours nécessaires et qui souvent n’apportent pas d’augmentation de la survie. En les multipliant, l’effet inverse devient significatif.

 

Source - Mortality and Treatment Patterns Among Patients Hospitalized With Acute Cardiovascular Conditions During Dates of National Cardiology Meetings Anupam B. Jena, Vinay Prasad, Dana P. Goldman, John Romley - JAMA Intern Med. Published online December 22, 2014

Partager cet article

Published by Jacques Lacaze - dans Santé
commenter cet article
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 11:59

Jeunes-filles-et-Gardasil.jpg

 

 

Les jeunes filles victimes du gardasil: c'est une réalité.

 

 

Lisez attentivement cette mise au point du site intiative citoyenne concernant la "nouvelle mouture": le Gardasil 9. Edifiant.

 

Cliquez sur: link

 

Partager cet article

Published by Jacques Lacaze - dans Santé
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 09:09

IL FAUT IMPOSER

UNE REELLE POLITIQUE

DE SANTE PUBLIQUE

 

L'extrême importance de l'information que vous allez lire ci-dessous m'oblige à la mettre en ligne immédiatement. C'est une information qu'il faut faire circuler très largement.

- elle démontre que l'industrie pharmaceutique est en réalité le seul inspirateur des politiques de santé en France.

- le pouvoir politique qu'il soit de droite ou de gauche est totalement à son service et ceci aux dépens de notre santé. Il faut souligner que, d'un côté on parle de luttes contre le cancer, ceci en culpabilisant les fumeurs et de l'autre on empêche les mesures sérieuses d'être mises en place.

- ces gens big pharma et politiciens corrompus qui gouvernent depuis trop longtemps) sont des criminels, des assassins par non seulement non-intervention à personnes en danger mais pour participation à des actions mettant en jeu les vies des citoyens.

- il faut signaler que dans un domaine connexe, la lutte contre la maladie alcoolique, les firmes  ayant intérêt à ce que leur produit quasi inefficace  soit maintenu malgré les preuves flagrantes de la grande efficacité du baclofène dont l'autorisation d'utilisation dans cette maladie a été longtemps interdite et est aujourd'hui à peine tolérée.

- c'est à nous citoyens de ce pays à réagir et à obliger les pouvoirs publics.

 

J’ajouterais mon point de vue sur ces deux questions de la consommation de boissons alcoolisées et de tabac. Les politiques d’informations basées sur un autoritarisme stupide et rappelant de très mauvais souvenirs est totalement inadéquat. Les boissons alcoolisées ne sont pas de l’alcool ? Le vin par exemple a des propriétés santé très intéressantes. Chacun de nous a le droit strict de choisir de fumer par exemple. L’information sur les risques qu’il court, doit être honnêtement donné.

Mais surtout la politique de l’industrie du tabac qui est une politique totalement tournée vers le profit est sans doute une des plus criminelle après celle de l’industrie des armes. Son axe essentiel est d’inciter les adolescents voire les enfants à fumer des produits parfaitement optimisés pour créer l’accoutumance.Lisez le dernier paragraphe: le prix au premier plan. On peut parler de politique génocidaire:

Docteur Jacques Lacaze

 

Article de JIM.fr –19/12/2014

SEVRAGE TABAGIQUE : LA CYTISINE FAIT MIEUX (ET MOINS CHER) QUE LES SUBSTITUTS NICOTINIQUES 

La cytisine est largement utilisée en Europe de l’Est depuis les années 60 pour le sevrage tabagique. Il s’agit d’un alcaloïde de plante, antagoniste, comme la varénicline, des récepteurs nicotiniques α4β2. Quatre revues générales ont confirmé sa supériorité par rapport au placebo pour le sevrage tabagique, à court et à long terme. Malgré cela, la cytisine reste très peu connue en dehors de l’Europe de l’Est et surtout n’a d’autorisation de mise sur le marché nulle part ailleurs.

Cependant, de nombreuses voix se sont élevées à travers le monde pour qu’elle soit autorisée dans d’autres pays. Car la cytisine est non seulement efficace pour le sevrage tabagique mais elle est aussi très bon marché : le traitement de 25 jours coûte en effet entre 25 et 30 dollars US ($) contre 112 à 685 $ pour un traitement par substituts nicotiniques durant 8 à 10 semaines et environ 500 $ pour un traitement de 12 semaines par varénicline. 

 

40 % de sevrage à un mois contre 31 % avec les substituts nicotiniques

Une étude néo-zélandaise apporte sa contribution au « dossier » cytisine (1).Au total 1310 adultes candidats au sevrage tabagique ont été recrutés par le biais de centres d’appel pour l’aide au sevrage. L’objectif de l’essai était de comparer l’efficacité de la cytisine à celle des substituts nicotiniques sur le maintien de l’abstinence à 1 mois.

Répartis de façon randomisée (mais ouverte) en 2 groupes, les candidats au sevrage ont reçu soit gratuitement le traitement par cytisine (1,5 à 9 mg par jour pendant 25 jours, selon le protocole recommandé par le fabricant), soit à un prix réduit des substituts nicotiniques, pendant 8 semaines (patchs, gommes et/ou pastilles), là encore selon les protocoles préconisés dans les recommandations. Un soutien téléphonique leur était proposé, à raison de 3 communications de 10 à 15 minutes pendant les 8 semaines.

Un mois après le début du sevrage, 40 % des personnes sous cytisine affirment avoir arrêté de fumer, contre 31 % des participants recevant les substituts nicotiniques (différence de 9,3 points ; intervalle de confiance à 95 % [CI] 4,2 à 14,5). Les différents points d’étape, à 1 semaine, 2 mois et 6 mois, montrent tous la supériorité de la cytisine en termes d'efficacité. Notons toutefois que les effets indésirables semblent plus fréquents avec la cytisine qu’avec

le traitement de substitution, mais il s’agit le plus souvent d’effets mineurs (nausées, vomissements, troubles du sommeil), les mêmes que ceux qui sont notés avec la varénicline, et qui n'ont conduit ici à l’arrêt du traitement que dans seulement 5 % des observations. Les troubles psychiatriques signalés en post-marketing avec la varénicline n’ont pas été constatés ici, mais il est vrai que le nombre de patients inclus est trop faible pour détecter des effets peu fréquents.

 

Le prix au premier plan

Comme le remarque l’éditorialiste du New England Journal of Medicine (2) qui publie cette étude, le principal argument pour demander des autorisations de mise sur le marché (AMM) de la cytisine n’est sans doute pas son efficacité supérieure aux autres traitements proposés, ni même sa tolérance. La première justification est plutôt que le prix des autres traitements les rend inaccessibles à de très nombreux fumeurs, et pas seulement dans les pays pauvres. Quant aux auteurs de l’étude, ils suggèrent que soit réalisée une étude de non infériorité face à la varénicline, étude qui devra inclure des analyses des rapports coût-efficacité respectifs.

Gageons cependant, qu'avant une éventuelle AAM en vue d'une large diffusion de ce produit, les autorités sanitaires demanderont un essai randomisé en double aveugle (dans lequel le sevrage serait contrôlé biologiquement et non plus seulement par la déclaration des participants) pour éliminer les biais inhérents à ce type d'étude ouverte.

Le tabagisme est actuellement la première cause de décès évitables à travers le monde, nul doute que tous les moyens de lutte efficaces devraient être mis en oeuvre contre lui.

Dr Roseline Péluchon

RÉFÉRENCES

1) Walker C. et coll. : Cytisine versus Nicotine for Smoking Cessation

N Engl J Med 2014; 371:2353-2362.

2) Rigotti N.A.: Cytisine: a tobacco tretament hiding in plain sight. N Engl J Med 2014; 371:2429-2430.

Copyright © http://www.jim.fr

Partager cet article

Published by Jacques Lacaze - dans Santé
commenter cet article
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 10:47

On nous en parle chaque jour dans les médias.

Petits rappels historiques du philosophe René Merle

 

"L'EFFRONDEMENT DU ROUBLE ....... 

 

L'hallali occidental ferait sourire s'il n'était pas, à terme, effrayant.
Sourire, car nos capitalistes occidentaux se félicitent de voir la Russie, accueillie avec enthousiasme dans le monde capitaliste, mise à genoux par ce même monde : pas de pitié dans ce quarteron de loups...

 

Et nos belles âmes occidentales de s'extasier : "Ah, Poutine, vous avez voulu jouer aux matamores, annexer la Crimée, menacer l'Est de l'Ukraine ; et bien vous voyez que nos sanctions sont en train de vous mater !"
Très bien.

 

Première réserve (si j'ose dire) : chacun sait que la Chine détient les clés de la stabilité monétaire occidentale, et étatsunienne au premier chef. Nul doute qu'elle va tirer les leçons de ce qui est en train d'advenir. Et gare à nous.

 

Seconde réserve, qui nous renvoie à l'histoire. On sait ce qui est advenu de l'Allemagne que les Alliés ont voulu mettre à genoux par le traité de Versailles... Et gare à nous encore.
À part ça, bonne fin d'année 2014, et joyeuse année 2015 !"

 

Voir le site de René Merle: http://merlerene.canalblog.com/ un vrai plaisr

Partager cet article

Published by Jacques Lacaze - dans Actualité
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 12:46

Absolument indispensable d'écouter et de faire circuler cet interview du Docteur Martine Gardénal sur BTLV, en cliquant sur:   link

 

 

Gardénal Martine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Quand je suis passer devant le Conseil Régional de l'Ordre ( MEMOIRE PRESENTE DEVANT L'ORDRE REGIONAL DES MEDECINS ) j'ai developpé une argumentation que mon avocat a résumé et disant, "bref pour vous, l'Ordre des médecins est fils de Vichy et d'Hitler". C'est exactement ça! Si vous avez 5 mn, lisez mon argumentation!

 

Cela s'appele médecine totalitaire, au service non de la population, mais exclusivement à celui de l'industrie pharmaceutique. Et ceci avec des méthodes inspirées par le fascisme ordinaire. Tous les gouvernants qui acceptent cette dérive ont des comptes à nous rendre!

Il est plus que temps de se lever et de dire: ASSEZ!

 

______________________________________________________________________________________________

 

J'ajoute pour faire bonne mesure cet article paru dans une revue médicale publiée sur internet ce jour:

 

CANCER DU SEIN: LES MALADES INJUSTEMENT EXPOSEES A DES RADIATIOINS PROLONGEES PARCE QU'ELLES RAPPORTENT PLUS?

Lundi 15 décembre 2014

Après une chirurgie ou un chimiothérapie, des séances de radiothérapie sont prescrites à deux femmes sur trois ayant eu une lymphadénectomie axillaire (retrait des chaines ganglionnaires lymphatiques). Un étude publiée dans la revue JAMA retrouve que ces radiations durent souvent deux fois trop longtemps.

Ces séances de radiothérapie externes sont prescrites en général pour une durée de 5 à 7 semaine à raison d’une séance par jour, 5 jours par semaine : l’objectif est de réduire le risque de récidive et de prolonger la survie. Mais la radiothérapie peut aussi être administrée sur une plus courte période, pendant 3 semaines par exemple. C’est ce que l’on appelle le schéma dit hypofractionné. Pourtant ce schéma hypofractionné est très peu utilisé aux Etats-Unis comme en France alors qu’il coûte moins cher et simplifie le traitement. Plusieurs études ont montré que les patientes préfèrent évidemment les séances hypofractionnées. Alors, pourquoi le traitement hypofractionné, n’a t-il pas été généralisé?

Une équipe d’oncologues de l’université de Pennsylvanie, ont analysé les données de plusieurs assurances maladies afin d’évaluer les différents traitements reçus par 15 643 femmes atteintes d’un cancer du sein. Un premier groupe de patiente avait plus de 50 ans et avaient un cancer à un stade précoce, exactement la population pour laquelle il est recommandée de bénéficier d’une radiothérapie hypofractionnée.  Un second groupe avait un cancer plus avancé avec une diffusion des cellules cancéreuses et avaient bénéficié d’un curage axillaire. Dans ce second groupe, la radiothérapie hypofractionnée n’est aucunement découragée.

Les scientifiques ont pu évaluer combien de femmes dans chaque groupe avaient reçu une radiothérapie longue et combien avaient reçu une radiothérapie courte (hypofractionnée).

Dans le groupe qui devait recevoir une radiothérapie courte, 10,6% la recevait en 2008 et 34,5% seulement en 2013. Dans le second groupe, ce chiffre passait de 8% à 21% sur la même période. Alors pourquoi les patientes ne reçoivent-elles pas le traitement qu’elle préfèreraient et qui a exactement la même efficacité?

Les raisons sont en fait aussi banales qu’inquiétantes. La première est la force de l’habitude. Pourquoi changer quelque chose qui marche? Pourquoi changer ses habitudes de médecin et les habitudes de l’équipe de radiothérapie juste pour satisfaire les patientes? Le conservatisme est donc la première explication. Pourtant, en Angleterre et au Canada, les médecins ont su évolué et dorénavant les 2/3 des femmes bénéficient d’une radiothérapie hypofractionnée. Rien n’est donc impossible.

Mais il y aurait plus grave, l’argent. L’étude américaine retrouve qu’effectivement une radiothérapie hypofractionnée est facturée moins cher qu’une radiothérapie longue. C’est la seconde explication qui est également la plus souvent mise en avant par les spécialistes en France pour expliquer l’absence de changement. Proposer une radiothérapie hypofractionnée aux patientes réduirait les revenus des centres de radiothérapie! Cette situation est connu de tous, sauf évidemment des patientes. A tel point qu’ en 2013, il a été proposé par les spécialistes du domaine d’évoluer vers une tarification forfaitaire pour généraliser la radiothérapie hyprofractionnée. Mais pour le ministère de la santé n’a pas bougé. Pourtant les patientes y gagneraient et la sécurité sociale aussi. 

Sources: Uptake and Costs of Hypofractionated vs Conventional Whole Breast Irradiation After Breast Conserving Surgery in the United States, 2008–2013 FREE ONLINE FIRST

Justin E. Bekelman, MD1,2,3; Gosia Sylwestrzak, MA4; John Barron, PharmD4; Jinan Liu, PhD4; Andrew J. Epstein, PhD3,5,6; Gary Freedman, MD1; Jennifer Malin, MD7; Ezekiel J. Emanuel, MD, PhD2
AMA. Published online December 10, 2014. doi:10.1001/jama.2014.16616

Partager cet article

Published by Jacques Lacaze - dans Liberté j'écris ton nom
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 15:33

O.N.U. LES PAYS EUROPEENS S'ABSTIENNENT DANS

LA LUTTE CONTRE

LA GLORIFICATION DU NAZISME

SS-man-Hoessler---1945.jpg

Publié par Karine Bechet-Golovko sur son site et transmis par Jacques Tourtaux et Mohamed Bouhamidi

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui est une triste journée. Ce n'est pas la première.

Ce ne sera pas la dernière. Mais ça ne change rien.

Il y a des choses auxquelles on ne s'habitue pas. Surtout pas.

A la faiblesse, par exemple.

A la mesquinerie. A la bêtise aussi, c'est moins grave.

Mais surtout à la pleutrerie. 

 

Nous venons, en effet, d'apprendre une bien triste nouvelle. Les Etats Unis, le Canada et l'Ukraine ont voté contre la résolution de l'Assemblée générale de l'ONU proposée par la Russie de lutter contre la glorification du nazisme. Encore 50 pays se sont abstenus. Dont tous les pays de l'Union européenne. Même si cette résolution fut quand même adoptée par 115 voix sur 193, c'est triste.
 
L'on peut être fier du niveau de notre renoncement. Jusqu'où les pays européens sont-ils encore capables de tomber? Jusqu'au bout, c'est à n'en pas douter. La question qui m'inquiète est de savoir où est "le bout" ...
Pourquoi la France vient-elle de trahir sa Constitution? Oui, trahir. Je vous rappelle la première phrase du Préambule de la Constitution de 1946, qui est toujours en vigueur, car cité par la Constitution de 1958:
"Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d'asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés."
 Cela veut-il dire que nos peuples ne sont plus libres? A quel moment avons-nous trébuché?
Sur le plan international, il est facile de comprendre la répartition du vote. L'Ukraine glorifie son passé collaborationniste, extrémiste et nazi et le porte à la hauteur d'une idée nationale. Elle ne peut donc pas voter pour la résolution. Les Etats Unis utilisent l'extrémisme qui est le moyen le plus facile d'enrôler des jeunes en manque d'émotions fortes, de réponses simples - même si fausses - à de vraies questions. Ils sont plus facilement manipulables. Donc relancer les mouvements de jeunesse nazies en Europe est un excellent moyen d'affaiblir les Etats et de les faire exploser, comme en Ukraine, quand nécessaire. Le Canada n'a aucune politique autonome. L'Europe n'existe plus.
Triste bilan. N'oublions pas que c'est par ailleurs la meilleure arme pour toucher la Russie. C'est également le meilleur moyen de dégrader les peuples de l'Union soviétique qui ont participé à la Deuxième Guerre Mondiale. De définitivement les asservir. Psychologiquement. Car ils sont ainsi conduits à renier leur passé, à faire table rase, à se retrouver sans histoire et sans racines, à la merci du moindre courent d'air. Ils se renient eux-mêmes, ce qui a pour effet direct de renforcer d'autant leur haine pour la Russie. Ce pays qui ne renonce pas. Qui protège son passé, ses racines pour tenir face au vent.
C'est justement pour cela que le ministre des affaires étrangères russe. S. Lavrov, affirme que le but de la politique de l'Occident n'est plus de conduire la Russie à modifier sa ligne politique, mais de conduire à un changement de régime en Russie. Les leaders occidentaux affirment de plus en plus haut vouloir utiliser les sanctions pour détruire les sphères sociale et économique en Russie afin de contraindre la population à la révolte.
N'oublions pas qu'en URSS, 15 245 000 civils sont morts lors du combat de la 2e Guerre Mondiale contre le nazisme. Les Etats Unis ont perdu 3000 civils. Je ne parle pas des soldats. Je ne parle plus de l'Europe. A chacun d'en tirer les conséquences.
Karine Bechet-Golovko
voir son site: link

Partager cet article

Published by Jacques Lacaze - dans Liberté j'écris ton nom
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 08:42

Article très démonstratif paru dans le « Manuel d'histoire critique » édité par Le Monde Diplomatique. Il montre d'une part qu'il fut possible pour un pays d'Amérique latine  d'avoir un développement économique très important, et ainsi de pouvoir satisfaire les besoins de la populatioin et d'autre part quel fut - et est toujours - le rôle des grandes puissances économiques qui avaient - et ont toujours - comme seul but d'enrichir la classe des riches. Ceci le plus souvent par la force des armes.

Et rien n'a changé dans le monde actuel du XXIéme. Les richesses sont toujours et TOUTES produites par les travailleurs, les ouvriers, les paysans et acaparées par les propriétaires des moyens de productions, les affairistes, les banques, les actionnaires. Bref les parasites inutiles qui imposent leur loi par la violence, la force des armes.

 

 

Et le Paraguay découvrit le libre-échange ...

"Quand il trouve porte close, le libre-échange sait s'imposer par les armes. Adepte d'un protectionnisme rigoureux, le Paraguay en a fait la douloureuse expérience entre 1865 et 1870, lors de la guerre de la Triple Alliance qui l'opposa au Brésil, à l'Uruguay et à l'Argentine. Financés par les milieux d'affaires londoniens, ces trois pays sont parvenus à le soumettre à l'économie-monde britannique".

 

 

Le libre échange, c'est la capitalisme!

Partager cet article

Published by Jacques Lacaze - dans Luttes sociales
commenter cet article